Guide pour sorties très bêtesEspace membre
 - Image 1

Zootherapie : les animaux au chevet des personnes en souffrance

4 Décembre 2019

QU'EST-CE QUE LA ZOOTHERAPIE ? 

La zoothérapie, thérapie assistée par animal ou médiation par l’animal est un ensemble de méthodes thérapeutiques non conventionnelles. Ces méthodes utilisent la proximité d’un animal domestique ou de compagnie pour aider une personne dans son processus de guérison. Elles utilisent l’animal comme médiateur afin de créer une interaction entre un bénévole, un thérapeute et un patient. La zoothérapie peut être appliquée aux personnes souffrant de troubles mentaux, de problèmes physiques voire handicapant, de problèmes sociaux, de stress, suivant un traitement médical lourd ou ayant subi des problèmes post-opératoires.

Si les animaux de compagnie ont toujours eu un rôle reconfortant pour l'homme, on apprend que c'est en 1953 avec le psychiâtre américain Boris LEVINSON que le concept de psychothérapie facilitée par l'animal voit officiellement le jour quand le thérapeute reçoit un enfant autiste en consultation et qu'il constate que celui-ci va changer radicalement de comportement pour s'ouvrir au contact de Jingles, le chien du médecin (qui n'était pas censé être là le coquin !). La pratique va se développer et connaître un véritable boom à partir des années 1990.

 - Image 2

LA ZOOTHERAPIE : POUR QUI ?

(Photo : Cheval © Thomas PIERRE)

On peut utiliser la médiation par animal dans des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), dans des maisons ou foyers d’accueil, dans des EPM (établissements pénitentiaires pour mineurs), dans des services pédiatriques ou encore en centre d’addictologie.

Une grande variété d'animaux peut être utilisée en zoothérapie parmi lesquels le cheval (on parlera d'équithérapie ou hippothérapie), le chien (la cynothérapie), le chat, le lapin, l'âne, la chèvre, un oiseau ou plus surprenant le lama ou encore le dauphin (delphinothérapie).

La zoothérapie ne se résume pas à câliner n’importe quel animal. Elle doit être effectuée par un professionnel (infirmier, psychologue, médecin etc.) possédant une formation en zoothérapie pour être « Intervenant professionnel en médiation animal » et les animaux médiateurs sont éduqués et sélectionnés selon leur comportement et leur état de santé. Les animaux, même s’ils ne permettent pas la guérison, permettent de soulager certaines personnes voire d’aider à l’amélioration de leur état de santé. Du chat aux oiseaux, décryptons quelques uns des bienfaits propres à chaque animal !

 - Image 1

LE CHAT EN ZOOTHERAPIE

Grâce à ses ronronnements de basse fréquence, le chat peut apaiser des personnes soumises au stress, à l’insomnie ou aux crises d’angoisse. On appelle cela la ronronthérapie. En effet, le fait de caresser un chat permet de diminuer la pression artérielle.

Le chat permet également de booster les personnes qui ont un problème physique ou émotionnel. En effet, pour les personnes en situation de handicap, s’occuper d’un chat (le nourrir ou le brosser par exemple) permet de booster leurs capacités psychomotrices et les aide à trouver équilibre et coordination.

Pour les personnes souffrant de dépression par exemple, s’occuper d’un chat leur offre un soutien moral et leur redonne confiance en eux. Pour les personnes ayant des problèmes sociaux, le chat permet de développer sa communication, favorise l’expression des émotions et l’interaction sociale.

 - Image 1

LE CHIEN EN ZOOTHERAPIE

Le chien est un véritable allié pour les personnes atteintes de troubles mentaux. La cynothérapie agit comme anti-dépresseur, anti-stress et anti-isolement.
Même si les bienfaits du chien en psychiatrie ne sont pas explicables par les scientifiques, celui-ci permet d’améliorer la communication entre les patients et le personnel soignant.
À l’hôpital psychiatrique d’Amiens par exemple, le chien est utilisé depuis 2010 comme médiateur dans le traitement de certains patients.

Au niveau social, le chien permet de stimuler le patient, de favoriser l’échange et la communication grâce au sentiment de confiance qu’il confère. Pour les handicapés physiques ou mentaux, le fait de pouvoir interagir avec le chien (jouer, le promener, le nourrir etc.) leur permet d’être stimulé et leur donne un sentiment d’utilité. Pour les personnes atteintes d’Alzheimer, le chien a aussi un rôle important. On peut stimuler la mémoire des patients en leur faisant donner un ordre au chien ou tout simplement en appelant le chien par son nom.Enfin au niveau émotionnel, le chien apporte détente et tranquillité.

LE CHEVAL EN ZOOTHERAPIE

(Vidéo : Peyo, le cheval thérapeute - Source : Le Magazine de la Santé / Allo Docteurs sur Youtube)

La thérapie avec un cheval peut être utile tant au niveau psychologique que physique. On distingue deux pratiques avec le cheval, l’hippothérapie et l’équithérapie. La première a pour fonction d’utiliser les mouvements du cheval comme thérapie, afin que le patient puisse améliorer son équilibre, sa posture et son tonus. Quant à l'équithérapie, elle permet le développement psychomoteur et fait appel aux sensations afin que le patient se découvre une nouvelle mobilité et qu’il acquière de l’autonomie.

Grâce au cheval, les patients peuvent prendre confiance en eux, leur stress est réduit, ils sont moins isolés et tous leurs sens sont en éveil. Le cheval permet donc de nettes améliorations pour les personnes ayant un handicap physique, les autistes, les hypers actifs, les personnes souffrant du syndrome d’Asperger, de déficit de l’attention ou encore d’anxiété. Certains hôpitaux et maisons de retraite comme à Calais font même appel à des chevaux comme le paisible Peyo qui se balade de chambre en chambre mené par son propriétaire Hassen BOUCHAKOUR pour le plus grand bonheur des patients.

 - Image 1

L'ÂNE EN ZOOTHERAPIE

La médiation par l’âne ou asinothérapie peut être plus favorable pour les personnes fragiles, que ce soient des enfants ou des adultes. En effet, l’âne est plus petit que le cheval ce qui le rend moins impressionnant et incite les personnes à aller vers lui. Il est également calme ce qui apaise et met en confiance les personnes en difficultés physiques ou psychologiques.

L’âne est parfait pour aider les personnes handicapées à reprendre confiance en elles. Des séances d’interactions avec l’âne sont souvent réalisées avec les personnes tétraplégiques notamment. Même si elle ne peut pas toucher l’âne, l’âne peut se rapprocher et poser sa tête sur les genoux de la personne par exemple. Des ateliers de sellerie ou de graissage de cuir (selon le type de handicap) sont aussi réalisés, permettant aux personnes handicapées de participer et se sentir utiles. Les balades avec les ânes ont également de nombreux bienfaits dont celui de renforcer les liens entre l’animal et le patient.

 - Image 2

LES ANIMAUX DE SOUTIEN EMOTIONNEL

(Photo : Lepale - Pixabay - CC0)

Le concept d'animaux de soutien émotionnel vient des États-Unis. Ces animaux accompagnent les personnes souffrant d’un handicap invisible afin de les rassurer dans leur quotidien. Les personnes pouvant bénéficier d’un animal de soutien émotionnel sont des personnes souffrant de dépression, ayant vécu un traumatisme ou étant sujettes à des crises de panique. Ces animaux sont certifiés par des spécialistes de la santé mentale. Ils sont spécialement dressés pour ne pas aboyer ou miauler en public et pour répondre à certains critères de comportement et de dressage.

Si certaines personnes ne peuvent se passer de leur animal de soutien émotionnel, imaginez un instant la tête des passagers du vol qui reliait Chicago à Omaha aux Etats-Unis quand Abrea HENSLEY est montée à bord de l'avion avec Flirty, son... cheval miniature (le département américain des transports autorisant le voyage en cabine des animaux de soutien émotionnel sous certaines conditions) !

 - Image 2

LES OISEAUX EN ZOOTHERAPIE

(Photo : Amandine et sa chouette Séraphine lors de son activité Chouette Expérience - Julien PIERRE)

Amandine DIOT, comportementaliste et éducatrice d’oiseaux, nous éclaire sur l'utilisation des oiseau en zoothérapie : "Les oiseaux sont aussi des acteurs atypiques de la médiation animale, on parle alors d’avithérapie ou d’ornithothérapie.

Encore peu représentés dans les activités de zoothérapie, les oiseaux apportent tout autant si ce n’est plus que les autres animaux. Leur mode de déplacement (c’est-à-dire le vol) permet de travailler des exercices moteurs complexes. Voici de quoi illustrer mes propos : Jeanne est atteinte de trisomie, elle a besoin d’améliorer la synchronisation de ses membres. En lui proposant de faire voler les oiseaux, elle va séparément affiner la motricité et la dextérité de ses mouvements de jambes et ceux de ses bras mais aussi apprendre à coordonner ces deux mouvements dans un même exercice de vol. Le plumage des oiseaux est aussi un atout. Beaucoup des résidents que nous visitons demandent (et redemandent) le contact direct avec les plumes car cela leur permet de renouer avec les sensations de toucher « agréable » ; il est vrai que la douceur et la chaleur du plumage d’un volatile est très réconfortante !

Certains oiseaux comme les perroquets savent aussi adapter leur communication à notre langage. C’est notamment grâce à une de ces imitations que ma petite callopsitte (espèce de perruche originaire d'Australie) a réussi à capter l’attention d’un patient (un monsieur âgé repoussant tout contact avec les autres) qui refusait sévèrement de participer à la séance. Touché par cette attention directement portée sur lui, il s’est finalement assis et a passé une grande partie de la séance à échanger avec l’oiseau, lui demandant s’il allait bien, lui parlant de la météo, de son quotidien, etc… Même si le petit perroquet ne répondait pas à chacune de ses questions en « verbalisant » sa réponse, il restait attentionné envers ce monsieur et lui adressait tantôt un hochement de tête tantôt un sifflement. L’attention que le perroquet a donnée à ce résident a été un grand moment d’émotion, je vous l’assure !".

Amoureuse spécialiste des oiseaux, Amandine propose sur toute la région Centre des ateliers pédagogiques et de la médiation animale ainsi que l’activité ‘Chouette expérience’, expérience d'initiation à la fauconnerie. Vous pouvez découvrir toutes ses activités sur son site web et la suivre sur sa page Facebook.

Crédit article : Marina ESCALIER, Amandine DIOT, Julien PIERRE

Commentaires sur cet article

Poster un commentaire
Top